Articles sur l'ostéopathie: 

Que peut faire l'ostéopathe pour les maux de tête?

 

Les céphalées, communément appelées maux de tête, sont une raison de consultation fréquente en ostéopathie. Si certains n'ont mal à la tête qu'occasionnellement, d'autres peuvent se retrouver à avoir plusieurs céphalées par semaine, et à en être passablement incommodés. Après avoir consulté votre médecin de famille pour voir si une pathologie était en cause et avoir éliminé cette option, quelles autres options vous reste-t-il? C'est là que l'ostéopathie peut entrer en ligne de compte en travaillant la mobilité des articulations, en diminuant les tensions musculaires, en équilibrant la posture, en favorisant la circulation sanguine, en aidant le système nerveux à équilibrer son état de stress, etc.

 

Les ostéopathes travaillent beaucoup le crâne, tant au niveau osseux que membraneux. Le crâne osseux comporte de nombreuses articulations, appelées pour la plupart sutures. Ce sont des articulations très peu mobiles, mais tout de même manipulables en ostéopathie. Libérer les sutures crâniennes amène un dégagement très bénéfique pour le crâne. D'autres articulations très puissantes comme la mâchoire ou l'articulation crâniocervicale (entre la tête et la première vertèbre du cou) peuvent également avoir une grande influence sur les douleurs crâniennes. L'aspect membraneux est également très important.

 

À l'intérieur de la boîte crânienne, de puissantes membranes enveloppent et protègent le système nerveux (le cerveau et la moelle épinière). La dure-mère est la plus superficielle de ses membranes. Les ostéopathes considèrent qu'il y a une résilience dans le tissu de la dure-mère qui peut être assoupli et détendu par l'ostéopathe. Une bonne circulation artérielle vers le crâne et une absence de compression des nerfs crâniens sont également des éléments qui pourront être travaillés par l'ostéopathe. 

Celui-ci évaluera également avec vous si d'autres facteurs peuvent contribuer à vos douleurs, comme votre posture de travail ou de loisirs, votre hydratation, votre quantité de sommeil, et pourra vous référer à d'autres professionnels comme un optométriste si votre vision peut être en cause, un dentiste si des problèmes dentaires peuvent engendrer vos douleurs, un ergothérapeute s'il s'agit d'un problème postural, etc. Les céphalées sont souvent la résultante de plusieurs facteurs et il vaut la peine de travailler dans la globalité. 

 
 

Que peut faire l'ostéopathe pour les tendinites et bursites?

 

Avez-vous déjà entendu parler des tendinites au tendon d'achille? Des bursites à la hanche? En fait, il y a autant de tendinites possibles qu'il y a de tendons dans le corps, donc énormément (chaque muscle se relie à un os par deux tendons ou plus). Une fois le diagnostic de tendinite ou de bursite obtenu, la médication peut être d'une grande aide, mais est parfois insuffisante. Les ostéopathes (ainsi que les acupuncteurs, les physiothérapeutes et autres) peuvent vous aider avec ce type de douleur. On n'affirme jamais que l'ostéopathe peut "guérir" ces problématiques (ni aucune autre d'ailleurs), mais il peut mettre toutes les conditions en place pour que la guérison du corps se fasse le plus rapidement possible. Alors que fait-il? 

Comme mentionné précédemment, le tendon est l'extrémité d'un muscle qui le relie à un os. La bourse (d'où le terme "bursite"), est un petit sac rempli de liquide qui se situe sous le tendon et lui permet de bien glisser en évitant la friction avec les structures voisines. Les problématiques d'inflammation (les "ites") peuvent donc s'installer autant dans la bourse que dans le tendon. La tension du muscle auquel se rattache le tendon est un facteur clé dans la problématique, car elle impose une tension constante au tendon, qui finit par s'inflammer. Le muscle peut être aux prises avec des tensions musculaires excessives qui s'y sont installées, ou être victime de tensions périodiques mais récurrentes. L'ostéopathe s'attèlera donc à redonner un niveau de tension adéquat au muscle ainsi qu'au tendon.

Pour ce faire, il peut travailler directement ces structures (le muscle, le tendon et la bourse), mais également chercher pourquoi ce muscle est trop tendu. À cause d'une mauvaise posture? À cause de blocages mécaniques qui amènent le corps à se positionner dans ces mauvaises postures? À cause d'un mauvais positionnement ou d'une mauvaise mobilité de l'articulation autour de laquelle le muscle se rattache? Rappelons qu'un muscle sert à faire bouger une articulation (ex: votre biceps fait plier votre coude). Si l'articulation offre de la résistance, le muscle doit forcer doublement pour la faire bouger. Si un des deux os n'est pas positionné dans le bon angle ou dans le bon alignement, comment le muscle se retrouvera-t-il à forcer pour faire bouger l'articulation? C'est tout cela que l'ostéopathe évaluera avec précision. 

L'apport en sang et la conductivité nerveuse sont également des facteurs très importants. Si le muscle ne reçoit pas tout l'apport en nutriments et en oxygène dont il a besoin, il aura de la difficulté à se régénérer et à effectuer son travail adéquatement. Si le nerf, qui lui envoie l'information de se contracter (et à quel degré de contraction précis) ou de se relâcher, transmet mal les informations, il se peut que le muscle reste en état de contraction, même lorsque ce n'est plus indiqué pour lui de forcer. Les artères et les nerfs sont donc très importants dans le tonus (et l'excès de tonus) musculaire. Or les artères et les nerfs peuvent se trouver comprimés à proximité ou à distance de la douleur ressentie. Tout le trajet du nerf, de sa sortie de la moëlle épinière à sa connexion au muscle, doit être entièrement libre de compressions ou de tractions. Encore une fois, cela explique pourquoi votre ostéopathe travaille parfois à un endroit éloigné de votre site de douleur. 

 

Que peut faire l'ostéopathe pour le syndrome du tunnel carpien?

 

Le syndrome du tunnel carpien peut fréquemment survenir chez les gens travaillant beaucoup avec leurs avant-bras, travaillant à l'ordinateur ou utilisant leurs avant-bras dans un sport ou une activité de loisir. Il engendre des engourdissements dans la main ou dans certains doigts (pouce, index et majeur dans la plupart des cas). C'est souvent la surutilisation et le mauvais positionnement du poignet qui sont en cause dans cette problématique. Par contre, une fois que cet engourdissement est installé, il est difficile de le faire diminuer. Le repos, les attelles pour dormir et éventuellement une chirurgie peuvent régler le problème. Toutefois, avant de se rendre là, l'ostéopathie peut être essayée pour diminuer la compression du nerf et éviter l'aggravation des symptômes. 

Le tunnel carpien est un petit tunnel à l'intérieur du poignet constitué d'os et entouré de ligaments. Dans ce canal passent plusieurs tendons et nerfs, dont le nerf médian qui se retrouve comprimé à l'intérieur du tunnel et qui cause des engourdissements dans les doigts. Si un tendon éprouve une inflammation qui l'amène à être plus gonflé, il comprime l'espace du tunnel. Si un des os du poignet et positionné de manière à rétrécir l'orifice du tunnel, encore là le nerf s'en trouve comprimé. Si les ligaments qui entourent toutes ces structures sont trop tendus et trop serrés, l'espace est encore une fois rétréci. Si le nerf médian est comprimé ailleurs sur son trajet depuis la moelle épinière, il se peut qu'il soit encore plus réactif et ait tendance à provoquer des engourdissements plus facilement. Ce sont toutes ces choses que l'ostéopathe pourra évaluer et travailler de manière à permettre au nerf de subir le moins de pression possible. 

L'ostéopathie est assez efficace avec cette problématique, combiné avec certaines habitudes de vie, comme porter des attelles la nuit, afin d'éviter de placer les poignets dans une position de flexion en dormant (beaucoup de gens ont le réflexe naturel de fléchir leurs poignets lorsqu'ils dorment sur le côté). Les étirements des muscles fléchisseurs de l'avant-bras pourront aussi être bénéfiques. L'acupuncture peut également être un bon outil pour diminuer les symptômes du syndrome du tunnel carpien. 

 

Que peut faire l'ostéopathe pour les torticolis?

 

Lorsqu'on se réveille le matin et que notre cou ne tourne plus, la journée s'annonce difficile! Cette problématique est assez fréquente, mais très déplaisante. Le torticolis traditionnel est un spasme du muscle sterno-cléido-occipito-mastoïdien, communément appelé SCOM. Cela survient souvent la nuit, et d'un côté seulement du cou. Toutefois, d'autres types de blocage impliquant d'autres muscles du cou ou d'autres articulation peuvent également être la cause d'un blocage cervical soudain, et sans traumatisme, empêchant la rotation, la flexion ou l'extension du cou. Si cette problématique survient à la suite d'un accident, d'un impact, ou est associé à d'autres symptômes comme des nausées, des engourdissements ou autres, il est important de consulter un médecin. Mais, si cette problématique est sans danger et que les investigations médicales nécessaires ont été faites, vous pouvez consulter un ostéopathe afin de prévenir les récidives de torticolis.

L'ostéopathe pourra détendre votre muscle spasmé et utiliser des moyens pour déjouer le système nerveux et envoyer la commande de relâchement au muscle. Si une vertèbre cervicale ou dorsale est à l'origine du blocage car elle est restreinte dans sa mobilité, l'ostéopathe pourra lui redonner son mouvement normal de flexion-extension, d'inclinaison et de rotation. Le muscle SCOM est innervé par le nerf accession, un nerf sortant du crâne par le foramen jugulaire, un trou situé juste à la jonction entre le haut du cou et la tête, et où certaines personnes ont tendance à ressentir beaucoup de tension. L'ostéopathe pourra s'assurer de libérer le passage de ce nerf à sa sortie du crâne. Et, bien sûr, il regardera si des blocages à distance peuvent être à l'origine de cet indésirable torticolis. 

La position de sommeil, la posture de travail ou le nombre d'heures passé à être penché sur un téléphone ou une tablette électronique peuvent également êtres des factures à évaluer pour éviter que les torticolis se présentent. 

  • Hypo-Hypermobilité

  • Chaînes fasciales

  • Lien viscéral/musculo-squelettique

  • Mécanisme cranio-sacré